Archives du mot-clé Qualité d’eau

Le goût

39.

Nous ne pouvons pas commercialiser nos huîtres depuis 39 jours.

39 c’est le nombre qui pourrait figurer celui de notre température, tant la fébrilité nous saisit.

Quand la fièvre nous prend à ce degré, nous perdons le goût. Tout le monde sait ça, que quand la température monte, la saveur disparaît.

Il n’ y a pas d’échelle de Richter pour mesurer le tremblement de terre que chaque entreprise connaît depuis le début de cet « épisode » de fermeture.

Il n’y a pas de sismographe sous les oreillers qui, chaque nuit, pourrait dessiner la courbe des cauchemars dont les scenarii sont multiples et variés.

La période remporte l’Oscar de la meilleure série d’angoisse, et pourtant nous savons garder de la hauteur, et trouver des solutions.

Néanmoins, il y a des matins où la paupière s’ouvre de colère, d’agacement, d’incompréhension, de révolte…

Ce matin, Jean-Noël m’a dit : tu ne voudrais pas écrire quelque chose sur ce sentiment d’injustice qui nous prend?

De mon point de vue de celle qui n’est pas extraite de ce milieu professionnel, qui a du mal à se sentir légitime quand elle se retourne et regarde tout ce que son ostréiculteur de bonhomme de mari a pu faire dans sa longue carrière, de ce point de vue là, alors je dis que c’est totalement injuste et même dégueulasse (il est moche comme ce qu’il veut dire ce mot, hein?) ce qui nous arrive, et aux autres aussi.

Dans quelques semaines, Jean-Noël et Louis Hervé vont témoigner dans l’école primaire du bourg (oui, j’en rendrai compte), de tout le travail qu’ils ont fait autour de la qualité d’eau et donc du bassin versant.

Déjà, il est évident que ce sont ces deux personnalités là qui ont été le catalyseur et la locomotive de cet énorme projet qui a permis d’obtenir et de conserver une eau de qualité sur le territoire.

Mais pourquoi donc a t-il fallu que les collectivités locales considèrent que ce travail était acquis ? Pourquoi n’ont-elles pas eu cette lucidité de réfléchir aux évolutions de populations et d’usages autour de ce bassin versant?

Pourquoi les luttes de pouvoir, politiques et d’égo, ont-elles empêché la nécessaire rénovation des réseaux d’eaux pluviales et usées?

Pourquoi n’est-on pas capable de voir que seule une politique environnementale cohérente permettra la survie d’un territoire?

Les drapeaux bleu de baignade, qui disent que chacun est en sécurité sanitaire à boire la tasse, vont-ils longtemps rester en place si les stations de lagunage et d’épuration restent encore sous-dimensionnées?

Le tourisme pourra t-il continuer de prospérer sur nos côtes si les activités primaires disparaissent?

Ces mêmes activités que la nôtre qui sont les sentinelles d’une certaine qualité d’eau et de terroir, mourront-elles de l’inconséquence économique d’un aveuglement politique?

Les ruptures conventionnelles, les licenciements économiques vont se multiplier dans les semaines à venir, si ce n’est pas déjà le cas, et les seuls responsables de cela sont nos élus, locaux, départementaux, régionaux.

Alors, nous perdons le goût, le goût de faire, nous avons le dégoût politique, des promesses à venir qui ne seront pas tenues, et d’un moment de découragement devant tant d’apathie et d’inconscience.

Quand ils ouvriront les yeux, le monde ne sera plus là, les savoirs-faire auront disparus, et le « geste », cette transmission d’un métier, ne sera plus qu’une idée notée sur un bout de papier.

Un jour, un groisillon s’est installé là, a travaillé le sol, a semé des huîtres, a nourri sa famille, et d’autres sont venus. Il en sera fait témoignage.

À l’eau? C’est la Ria!

1-B4O4QITgS0GssBKRit%3lQ

(Tu peux cliquer sur les montages photos pour les voir en grand)

Il y a des lieux marquants, des lieux qui ont un sens, qui veulent dire quelque chose. C’est ce qu’est la Ria pour moi.

Géographiquement, un bassin versant, une rivière et l’eau de la mer.

Quoi d’autre?

Tout le reste :

Des habitants, un paysage, une mixité de couleurs et de cultures, des usagers de la terre, de la mer, des paysans, terriens et marins.

Un microcosme, où chaque action de tous inter agit avec celle des autres. Rien n’y est anodin.

L’eau, en est le symbole le plus puissant.

C’est là que se cristallise l’ensemble des problèmes, mais aussi ce qui fait l’union des acteurs du territoire.

Sans l’eau de la Ria, pas d’ostréiculture. Cette eau douce et salée, ce mélange qui crée le plancton et nourrit la faune et la flore marine. Sa qualité est indispensable pour le consommateur de coquillage, et par extension, pour le plaisancier qui s’y baigne l’été (pas encore vu de bain du 1er janvier dans la Ria!)

Une longue histoire lie jean-Noël et l’eau de cette rivière, prénommée enfin Ria, comme on dit « Abers » dans le Finistère ou « Fjords » en Norvège, terme géographique mieux approprié.

Une longue histoire, comme une aventure humaine, avec les engagements de chacun, professionnels et personnels, cette conviction qu’un patrimoine doit se préserver contre vents et marée, ou plutôt, avec les vents et les marées, et contre les pratiques qui peuvent mettre en danger ce que la nature nous donne, outil de travail et de plaisir.

En 1994, l’Europe met en place un agrément sanitaire.

Un agrément sanitaire, est fait pour protéger le consommateur. Et oblige à mettre en place certaines pratiques et un réseau de surveillance de qualité d’eau. Sur ce site  « l’Atlas des Zones conchylicoles », j’ai trouvé les informations suivantes qui aident à comprendre qui, quoi, où, comment…

« L’ensemble des zones de production de coquillages vivants (zones de captage, d’élevage et de pêche à pied professionnelle) fait l’objet d’un classement sanitaire, défini par arrêté préfectoral. Celui-ci est établi sur la base d’analyses des coquillages présents : analyses microbiologiques utilisant Escherichia coli (E. coli) comme indicateur de contamination (en nombre d’E. coli pour 100 g de chair et de liquide intervalvaire – CLI) et dosage de la contamination en métaux lourds (plomb, cadmium et mercure), exprimés en mg/kg de chair humide ».

Il y a trois groupes de coquillages différenciés :

  • 1 : les gastéropodes (bulots etc.), les échinodermes (oursins) et les tuniciers (violets)
  • 2 : les bivalves fouisseurs, c’est-à-dire les mollusques bivalves filtreurs dont l’habitat est constitué par les sédiments (palourdes, coques…)
  • 3 : les bivalves non fouisseurs, c’est-à-dire les autres mollusques bivalves filtreurs (huîtres, moules…)

Nous, c’est les huîtres, you know? 3e groupe donc.

Et là, je te copie colle un tableau qui peut faire peur mais qui est très clair et permet de comprendre où nous sommes et ce que nous faisons, nous, producteurs d’huîtres de la Ria.

« Quatre qualités de zones sont ainsi définies, qui entraînent des conséquences quant à la commercialisation des coquillages vivants qui en sont issus :

Critère Classement sanitaire A Classement sanitaire B Classement sanitaire C Classement sanitaire D
Qualité microbiologique (nombre / 100g de chair et de liquide intervalvaire de coquillages (CLI) < 230 E. coli > 230 E. coli et < 4 600 E. coli > 4 600 E. coli et < 46 000 E. coli > 46 000 E. coli
Métaux lourds (mg/kg chair humide) Mercure < 0,5
Plomb < 1,5
Cadmium < 1
Mercure < 0,5
Plomb < 1,5
Cadmium < 1
Mercure < 0,5
Plomb < 1,5
Cadmium < 1
Mercure > 0,5
Plomb > 1,5
Cadmium > 1
Commercialisation (pour les zones d’élevage et de pêche à pied professionnelle) Directe Après passage en bassin de purification Après traitement thermique approprié Zones insalubres ; toute activité d’élevage ou de pêche est interdite
Pêche de loisir (pour une consommation familiale ; commercialisation interdite) Autorisée Possible mais les usagers sont invités à prendre quelques précautions avant la consommation des coquillages (cuisson recommandée) Interdite Interdite

Les teneurs en plomb, cadmium et mercure ci-dessus s’appliquent exclusivement aux mollusques bivalves. Pour les autres mollusques, des teneurs de 2 mg/kg en plomb et cadmium sont actuellement applicables. »

Jusqu’ici, on parlait simplement d’eau salubre ou insalubre.

En 1996, une menace de classer la Ria en zone B, préoccupe et fait réagir entre autres Jean Noël mais aussi, un agriculteur, Louis Hervé (devenu maire depuis, pour plusieurs mandats, jusqu’à  son dernier qui a pris fin aux dernières élections communales.)

Les ostréiculteurs et les agriculteurs sont, en toute logique, concernés par la qualité d’eau, les uns comme utilisateurs, les autres comme « pollueurs » potentiels, catégorie dans laquelle on peut ajouter chacun d’entre nous, avec les réseaux d’assainissement vétustes, ou bien ce qu’on appelle le phénomène de « Cabanisation », ces mobilhomes ou caravanes qui s’installent sur des terrains non équipés et qui rejettent leurs eaux usées « à la côte », sans se poser trop de questions.

Bref, plutôt que d’aller vers un conflit d’usage, nos paysans de la terre et de la mer ont cherché à discuter. Il a fallu apprendre les pratiques et les contraintes de l’autre. Il s’agissait aussi de parler avec le même vocabulaire : quand tous parlaient de « phyto »,  pour les ostréiculteurs c’était le phytoplancton, pour les agriculteurs c’était produits phytosanitaires.

D’où l’importance des mots.

Les producteurs dont nous parlons là, ont tous en point commun d’être issus d’exploitations de type structure familiale, de petites unités où le travail fait vivre au contact de la terre et où la nature a toujours le dernier mot.

Il est impossible de dire le nombre de réunions qui se sont faites, ni de calculer le temps réel que chacun a donné, prenant sur ses heures de travail comme sur celles de la vie privée. Seul l’engagement comptait, et il a été considérable. La mobilisation de la lutte pour l’amélioration de la qualité d’eau a été efficace.

1-blog ria

Ce « Bassin Versant de la Ria d’Etel » comprend au final 17 communes, d’Erdeven côté mer à Languidic, dans les terres, de la source de l’eau douce vers l’exutoire de l’eau de mer, 360 km2 de territoire délimités par les lignes de crête, devient un projet innovant qui donne naissance à un Contrat Territorial d’Exploitation en 2001, basé sur des discussions entre les agriculteurs et les conchyliculteurs, sous forme de démocratie participative, incluant tous les acteurs du territoire volontaires. Cette démocratie participative est ce qui fait l’originalité, le lien et la force de ce projet.

Les 3 axes de travail, déterminés dès 1996 au niveau du Bassin Versant, sont :

  • la préservation de la qualité d’eau et des milieux aquatiques ;
  • la confortation des activités économiques primaires ;
  • le dialogue et la communication.

La Charte du Syndicat mixte de la Ria  Engagement Syndicat mixte ria d’Etel te résume les engagements et les actions.

En 2001, la Ria est classée en A.

Mais l’histoire se répète, et les analyses d’eau mises en place, révèlent une nouvelle dégradation.

Les règles sont strictes, comme on l’a vu sur le tableau plus haut.

Pour la vente et l’agrément sanitaire, qu’on soit en B ou en A, il faut passer les huîtres en bassin insubmersible avant chaque expédition.

Mais, si le classement passe en C, comme il l’a été pour certaine zones de notre département en 2013, les conchyliculteurs qui vendent des coquillages fouisseurs comme les palourdes, seront obligés de changer leurs méthodes et passer par ce qu’on peut appeler une « purification lourde » ce qui veut dire, investissements à la hauteur, et pas forcément possibles pour plusieurs entreprises. Un passage en C voudrait dire pour beaucoup, de mettre la clé sous la porte, et pour les pêcheurs plaisanciers, l’interdiction pure et simple de pêcher. Pour nous, la donne ne changerait pas, car nous passons déjà les huîtres en bassin.

L’enjeu est donc d’importance.

Les communes sont conscientes du problème, la politique d’aménagement du territoire passe par la qualité d’eau.  Et l’augmentation des populations sur les communes littorales est forte, voire énorme aux périodes estivales.

Les zones touristiques que nous avons ici, subiraient directement les conséquences d’une dégradation.

La « Cabanisation » qui est un phénomène qui prend de l’ampleur, est surveillé. Les réseaux de collecte d’eau de pluie sont hélas encore bien insuffisants, datant pour beaucoup des années 60, et même les communes qui ont mis en place l’assainissement collectif, comme ici, n’ont pas la mainmise sur le respect des branchements par l’habitant, ni aucun pouvoir pour faire respecter l’obligation d’un branchement au réseau collectif.

Beaucoup de résidences secondaires ne se soucient pas de ces problèmes, et continuent de traiter leurs eaux usées à leur façon, c’est à dire mal.

Néanmoins le problème est pris à bras le corps et le combat continue pour nous permettre de bénéficier d’une eau de qualité, de maintenir les emplois et de ne pas laisser aux générations suivantes un espace de vie et de travail dégradé.

2-blog ria1

 

Liens pour plus d’infos

Site de la mairie de Locoal Mendon

Site du Syndicat mixte

Site Ifremer