Archives pour la catégorie c’est un mode de vie

Les tours que nous jouent Biocoop et la météo

Peut-être l’avez vous déjà remarqué : le soleil est au nord ce que la pluie est au sud. On marche sur la tête.

Depuis avril, ici en Bretagne, la pluie est rare. Le temps gris oui, le brouillard, aussi, mais la pluie, nada.

Vous savez aussi qu’une huître grandi en fonction de plusieurs facteurs, hautement aléatoires comme nous le voyons cette année.

Qu’est ce qui fait grandir une huître?

Sa nourriture : le plancton, essentiellement, mais aussi les sels minéraux et les nutriments. C’est donc un mélange venu de la mer, mais aussi les apports de la terre qui alimentent une huître.

Pour que les sels minéraux et nutriments d’un bassin versant soient présents dans l’eau de mer, il faut de la pluie.

Une eau douce mais point stérile, puisque chargée de tout ce qu’elle va trouver en ruisselant dans les champs, sur les rochers, dans les racines des arbres, dans l’humus des feuilles, dans tout ce que donne la belle « terre nourricière » qui porte bien son nom.

Aujourd’hui, nous sommes le 31 octobre, le soleil brille, et les enfants encore en vacances, vont passer un bon moment de la journée dehors, en T-shirt. Pour un peu, ils se baigneraient, si leur mère, plus frileuse, n’avait pas peur qu’ils prennent froid.

Depuis le mois d’avril, rare est la pluie.

Dans tous les bassins ostréicoles français, du nord au sud, il manque cet apport d’eau douce qui, comme au printemps, apporte, en théorie en automne, une deuxième « pousse » de l’huître.

 

Toute la végétation qui pousse plus que l’huître!img_0022

Cette année, la théorie ne fonctionne pas. Ce manque d’eau douce a la conséquence suivante : de toutes les huîtres qu’on « lève » des parcs pour les trier, sur ces huîtres qui devaient faire du N°3, on constate environ 20 à 30% d’huîtres n’ayant pas atteint la taille adéquate. Il manque la pousse d’automne.

Les stocks sont donc moins importants qu’espérés.

Cela demande double travail : les huîtres trop petites doivent être remises en poches ou re semées, pour leur donner une chance de grandir encore un peu et être prêtes mettons, à partir de Pâques.

Sur les parcs, la végétation se développe toujours, des mousses persistantes s’accrochent à nos petits cailloux, il faut herser encore, avant de draguer les huîtres et tourner les poches une fois de plus pour éviter d’avoir à trier des algues et autres coquillages.

 

L’ostréiculteur marchant sur ses parcsimg_0023

En attendant, dans les chantiers, on doit faire passer beaucoup plus de volume pour en retirer ce qu’il faut pour les commandes de Noël.

Nous n’allons pas compter nos heures.

On pourrait se dire : « mais alors, s’il y a moins d’huîtres, elles seront plus chères? »

Ça dépend si tu parles au producteur ou à la GMS (tu sais, les supermarchés aux supers promotions?)

Le producteur a souvent le couteau sous la gorge. L’année dernière, les prix en gros avaient fortement diminués (30% de moins). Ce qui a mené pas mal d’entreprises à une trésorerie exsangue. Le monopole des tous puissants face aux petites entreprises, les courtiers qui ne sont pas toujours nos amis puisqu’ils maintiennent des prix bas tout en se dégageant une belle marge, sont soumis à la loi de cette GMS qui ne tient pas compte de la réalité sur le terrain.

Une étude a été faite par un cabinet comptable qui donne un prix de revient de l’huître à 3€, le kilo, à la production (Toi, consommateur, tu payes en plus : le prix de l’emballage, la main d’oeuvre pour cet emballage, et le coût de transport).

L’an dernier, les huîtres se vendaient en gros à 2,7€ le kilo. Tu vois l’écart?

Toi, tu ne l’a pas sentie, cette baisse, parce que dans les grandes surfaces, la marge a été conséquente, et qu’en direct, tu ne peux pas et ne dois pas demander à ton producteur préféré de se suicider économiquement en vendant moins cher ses huîtres que ce que leur travail lui a coûté.

On parles des huîtres venues d’Irlande comme d’un danger, car du volume supplémentaire capable de faire descendre les cours. Mais ces huîtres là, sont produites par des français (avec une main d’oeuvre moins chère et des aides à l’installation plus importantes)! Et il y a équilibre entre ces huîtres importées, et celles qui sont exportées, en Espagne, Italie ou Chine, ou ailleurs, mondialisation ma chérie.

Bref, l’ostréiculture dans toute sa splendeur, loin des certitudes, toujours en renouvellement, de bonnes en mauvaises années, de surprises en surprises, avec un talent d’adaptation comme ligne de conduite, et quelques nuits blanches…

Nous avons la chance d’avoir des clients consommateurs, consom’acteurs, fidèles, qui comme toi, lecteur, cherchent à comprendre et à donner sa chance aux petites entreprises de garder la tête hors de l’eau.

Mais…

Les huîtres couvertes de mousses qu’il faut sécher et gratter pour qu’elles puissent tomberimg_0025

Rien n’est acquis, et toujours il faut remettre son travail à l’ouvrage.

Un client que nous avons, un très bon, qui nous a permis en mai, de consolider un emploi temps plein dans l’entreprise, nous fait défaut : Biocoop a « oublié » de nous prévenir que dans le cadre de sa politique de « re localisation » le marché du sud serait dévolu à un autre ostréiculteur.

Je n’ai rien contre cette politique, si elle est anticipée, et si elle a du sens. Entre des huîtres de Bretagne venues à Sorgues et des huîtres venues d’Arcachon pour la même destination, je ne suis pas bien sûre que le nombre de kilomètres soit très différent (si tu sais que les huîtres vendues à Arcachon ont probablement passé une bonne partie de leur vie en Bretagne ou Normandie, là où grandissent toutes les huîtres…)

Tu sais qu’il faut trois ans pour produire une huître, c’est donc de l’anticipation, beaucoup d’anticipation. Les marchés Biocoop dans le sud, c’était 60% de nos volumes Biocoop. Nous avions 5,7 tonnes l’an dernier. Nous aurons 2 tonnes cette année. Vois-tu.

Un marché que nous avions développé, avec cette communication que vous avez là, sous vos yeux, et avec un travail de qualité qui faisait notre succès et augmentait les commandes d’année en année. C’est un autre qui va profiter de ce travail, nous l’avons un peu mauvaise.

Ainsi, chers clients Biocoop du sud, vous n’aurez plus d’huîtres de Bretagne dans vos boutiques Biocoop, sauf à passer en direct avec nous. Vous verrez sur ces bourriches, un nouveau logo et celui du label AB.

 

Ce label, en ostréiculture, qui, comme dit Jean-Noël est une grande lessiveuse : »quand tu laves du gris, du noir et du blanc, à tout passer à la lessive AB, tu obtiens du blanc ». Voir mon article précédent, où l’on apprend que, pour l’instant, le label AB utilise des huîtres d’écloseries, ces écloseries qui vendent au moins 80% de triploïdes.

Sans vouloir jeter l’opprobre.

Voilà, comme nous le faisons depuis toujours, en toute transparence, nous disons les choses comme elles sont au lieu de les taire.

Nous préférons les mots aux silences et non-dits dont on sait le mal qu’ils peuvent faire.

Nous préférons l’éthique et la qualité à un emballage trop joli pour être vrai. Ce qui nous fait peut-être défaut aujourd’hui.

Nous agissons collectivement, car nous pensons qu’à plusieurs on est plus forts, mais il faut continuer à se battre commercialement pour continuer à exister.

Nous avons donc la possibilité de vendre en direct à qui veut, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, mais pour que tu t’y retrouves dans le coût de transport, il faut prévoir un volume minimum de 80 kg. (dans un kilo il y a environ une douzaine de N°3).

Au fond, c’est pas grand chose, si tu as 80 amis 🙂

N’hésite pas, il paraît que j’ai un téléphone greffé à ma main… Les coordonnées de notre géniale toute petite entreprise (on est 3, Jean Noël, Louis et moi) sont en haut quelque part sur la droite.

A très vite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’éclipse de la marée !

Les grandes marées de la Ria, c’est comme les éclipses solaires : ça ne descend pas et tu ne vois pas l’éclipse, parce qu’il y a des nuages!

Je fais un raccourci hasardeux et très peu scientifique, mais comme je te l’ai déjà expliqué , nous, les grandes marées, c’est mouais.

Mais quand même, il y a eu de hautes pressions favorables, alors j’ai pu, avec mon téléphone, faire quelques clichés de l’espèce invasive maritime, les pêcheurs à pieds 🙂

On en a compté plus de 130 jeudi 19 mars, et samedi 21 aussi. Sans doute que ça sentait le printemps.

IMG_0786 IMG_0787

photo photo 3

Les photos sont très moches, mais donnent une idée tout de même, et de l’eau qui part, et du monde qui vient.

Là, c’est pleine mer, vers le Plec.

IMG_0784

 

Je ne sais pas si l’éclipse solaire avait un effet sur la marée, grande, du même jour. Ça ne doit sans doute pas. Mais ce vendredi 21, il y avait trop de nuages pour que l’on cherche à voir quoi que ce soit, et trop de vent pour qu’on fasse une belle marée, qui soit dit en passant, n’est pas bien descendue, donc.

Sinon, le neuf c’est qu’on va à la rencontre des Conviviums Slow Food samedi prochain, le 28, c’est en Bourgogne, une région que je ne connais pas, de belles rencontres en perspectives; nous allons y voir d’autres produits « Sentinelle » que l’huître de Jean Noël, comme le jambon noir de Bigorre, goûté à Terra Madre en octobre 2014.

Et l’autre excellentissime nouvelle, si j’arrive à obtenir les visas, c’est le départ pour le Sénégal, début avril, missionnés par ATM (Arradon Terre du Monde), nous allons retrouver nos amis Adama, Moussa et leurs familles,entre autres. Une petite semaine, pour voir les évolutions et motiver les troupes (eux comme nous!)

Enfin, et je le mets en dernier et en tout petit, il paraît, que lors du passage du reportage de Thalassa effectué sur la Ria d’Etel il y a un an environ, il paraît donc que nous aurons droit à 3 minutes… C’est bien, 3 minutes prises sur une journée, je ne sais pas du tout ce qui va en sortir!

Oh! des hommes qui travaillent!

DSC_0030

Miscellanées 2014

Un billet fourre tout, un rappel des événements, des photos « off », 2014 en images de tout et de rien 🙂

Janvier

De l’eau, beaucoup d’eau, trop d’eau.

On n’a pas vu les tables pendant plus de deux mois, on pêchait les huîtres au sol à la drague, un retard qui nous a fait travailler plus tard que prévu dans la saison.

 

05-IMG_4269

 

 

1-IMG_4703-001

 

Février

Première semaine, le Sénégal. La chaleur, le soleil, l’amitié, les résultas d’une année déjà là!

14-DSC_0085

13-DSC_0266

 

12-DSC_0397

 

 

Mars

Je commence la formation de Patron, avec des collègues. Haut la main pour tous! (Et je tombe amoureuse d’un arbre à Cames)

 

09-IMG_439010-IMG_438404-IMG_0157

Avril

Le printemps, je crois. Et le travail sur les parcs à rattraper.

 

 

16-DSC_0065

08-IMG_0194

 

15-DSC_0021

Mai

Grosse fatigue, besoin de vacances impossibles. Un jour férié et un we, c’est le grand bol d’air

17-DSC_009802-IMG_0538

 

C’est aussi les journalistes, Thalassa par exemple

18-DSC_0002

 

 

 

Juin

Normalement on travaille moins… Mais…

19-DSC_0016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juillet, Aout, 

Travaux. Entretien. Une semaine de vacances en famille.

03-IMG_0154

 

Septembre

Mama mia. C’est la rentrée sur les chapeaux. Ferme en scènes, et rangement des bureaux.

22-DSC_0029

 

 

23-DSC_001221-DSC_002802-IMG_472620-DSC_0016

01-IMG_4728

 

Octobre

Dunkerque, la balade sur le Jean Bart 2, à la barre 15 minutes, superbe foire

Turin, Nieuwpoort, sans Michel, parti trop tôt.

Des milliers de kilomètres du nord au sud.

 

25-1-20141008-095422

24-IMG_4984

 

 

27-IMG_4919

04-IMG_5142

 

 

 

08-IMG_5097

 

 

 

 

IMG_2186

 

 

 

 

Novembre

Marcq Madagascar, encore de belles rencontres, et l’ami Moussa à Asse à côté de Bruxelles.

07-IMG_5360

 

 

 

IMG_2386

26-IMG_4890

 

Décembre

Pas de photos encore 🙂

Mais non, que dis je?

Ce billet je voulais l’écrire pour cette photo là, l’avenir de notre métier : les gourmands ! Ils ont 4 et 10 ans et habitent la capitale… Ils mangent le paysage et leur souvenirs de vacances 🙂 ils ont l’air de tellement se régaler !!

Fin d’année, nouveaux développements de l’entreprise vers la mise en paniers, Paris, le Sud aussi…

Et toi, 2014, ça ressemble à quoi?

IMG_0731-0.JPG

Ils parlent de nous : Kaizen, ma-ria.com, Poiscaille.fr….

Informer.
C’est un des objectifs de ce blog.
Comme un boomerang, ils s’informent sur nous et font de l’écho.
Ainsi, nous avons l’habitude depuis quelques années de voir débarquer à la maison/chantier (bien souvent la maison est en chantier oui, aussi! ) des hordes de journalistes… J’exagère.
Il y a néanmoins une certaine reconnaissance de l’aptitude de causer dans le micro, face caméra, voire de faire un beau sourire iodé, de Jean Noël, le maître à penser de ce métier pour moi, un exemple pour beaucoup, ne laissant de toute façon pas indifférent.
Il y a eu pas mal d’articles dans la presse locale, ou autour des événements qui nous font bourlinguer dans le ch´nord ou au Sénégal, mais récemment la machine s’emballe…
J’ai découvert, par une amie fort bien informée, que nos mots étaient dans le magazine bimestriel Kaizen. Ça alors.
J’avais reçu le dit magazine sans avoir eu le temps encore de le lire, et après vérification, oui, nous y sommes. Pages 34/35 même.

IMG_0705
Un peu avant il y a un article sur les Prud’homies, qui cite beaucoup Elisabeth Tempier, que nous connaissons bien, qui a aussi écrit sur nous dans « L’Encre de mer ». Le monde est petit, je l’ai même revue à Turin au salon Slow Fish…
Informer encore, au niveau local.
Nous avons choisis d’être partenaires de ma-ria.com un site tenu par un curieux au grand cœur et aux convictions enracinées dans le bon sens, le respect de l’environnement. Quelque part, c’est normal qu’on se retrouve, quand on suit la même route. Ma-ria, c’est un site qui parle de la Ria donc, des petits producteurs qui y vivent, y travaillent, des paysages, des actions locales qui nous disent quelque chose….

IMG_0704-0

Enfin, nous avons accepté de suivre Charles Guirriec, qui a trouvé sa route de Paris à chez nous, un jour de printemps, et qui est revenu, persuadé qu’on pouvait fonctionner ensemble. Charles représente « poiscaille.fr », un site où tu peux commander ton panier de poisson frais, de crustacés, d’huîtres enfin, dans trois endroits de Paris. Oui! Nos huîtres sont à Paris. Dingue non?

IMG_0703-0

Voilà.

Je te passe les autres articles, ce serait fastidieux en fait.

A bientôt dans votre assiette peut-être !

À l’eau? C’est la Ria!

1-B4O4QITgS0GssBKRit%3lQ

(Tu peux cliquer sur les montages photos pour les voir en grand)

Il y a des lieux marquants, des lieux qui ont un sens, qui veulent dire quelque chose. C’est ce qu’est la Ria pour moi.

Géographiquement, un bassin versant, une rivière et l’eau de la mer.

Quoi d’autre?

Tout le reste :

Des habitants, un paysage, une mixité de couleurs et de cultures, des usagers de la terre, de la mer, des paysans, terriens et marins.

Un microcosme, où chaque action de tous inter agit avec celle des autres. Rien n’y est anodin.

L’eau, en est le symbole le plus puissant.

C’est là que se cristallise l’ensemble des problèmes, mais aussi ce qui fait l’union des acteurs du territoire.

Sans l’eau de la Ria, pas d’ostréiculture. Cette eau douce et salée, ce mélange qui crée le plancton et nourrit la faune et la flore marine. Sa qualité est indispensable pour le consommateur de coquillage, et par extension, pour le plaisancier qui s’y baigne l’été (pas encore vu de bain du 1er janvier dans la Ria!)

Une longue histoire lie jean-Noël et l’eau de cette rivière, prénommée enfin Ria, comme on dit « Abers » dans le Finistère ou « Fjords » en Norvège, terme géographique mieux approprié.

Une longue histoire, comme une aventure humaine, avec les engagements de chacun, professionnels et personnels, cette conviction qu’un patrimoine doit se préserver contre vents et marée, ou plutôt, avec les vents et les marées, et contre les pratiques qui peuvent mettre en danger ce que la nature nous donne, outil de travail et de plaisir.

En 1994, l’Europe met en place un agrément sanitaire.

Un agrément sanitaire, est fait pour protéger le consommateur. Et oblige à mettre en place certaines pratiques et un réseau de surveillance de qualité d’eau. Sur ce site  « l’Atlas des Zones conchylicoles », j’ai trouvé les informations suivantes qui aident à comprendre qui, quoi, où, comment…

« L’ensemble des zones de production de coquillages vivants (zones de captage, d’élevage et de pêche à pied professionnelle) fait l’objet d’un classement sanitaire, défini par arrêté préfectoral. Celui-ci est établi sur la base d’analyses des coquillages présents : analyses microbiologiques utilisant Escherichia coli (E. coli) comme indicateur de contamination (en nombre d’E. coli pour 100 g de chair et de liquide intervalvaire – CLI) et dosage de la contamination en métaux lourds (plomb, cadmium et mercure), exprimés en mg/kg de chair humide ».

Il y a trois groupes de coquillages différenciés :

  • 1 : les gastéropodes (bulots etc.), les échinodermes (oursins) et les tuniciers (violets)
  • 2 : les bivalves fouisseurs, c’est-à-dire les mollusques bivalves filtreurs dont l’habitat est constitué par les sédiments (palourdes, coques…)
  • 3 : les bivalves non fouisseurs, c’est-à-dire les autres mollusques bivalves filtreurs (huîtres, moules…)

Nous, c’est les huîtres, you know? 3e groupe donc.

Et là, je te copie colle un tableau qui peut faire peur mais qui est très clair et permet de comprendre où nous sommes et ce que nous faisons, nous, producteurs d’huîtres de la Ria.

« Quatre qualités de zones sont ainsi définies, qui entraînent des conséquences quant à la commercialisation des coquillages vivants qui en sont issus :

Critère Classement sanitaire A Classement sanitaire B Classement sanitaire C Classement sanitaire D
Qualité microbiologique (nombre / 100g de chair et de liquide intervalvaire de coquillages (CLI) < 230 E. coli > 230 E. coli et < 4 600 E. coli > 4 600 E. coli et < 46 000 E. coli > 46 000 E. coli
Métaux lourds (mg/kg chair humide) Mercure < 0,5
Plomb < 1,5
Cadmium < 1
Mercure < 0,5
Plomb < 1,5
Cadmium < 1
Mercure < 0,5
Plomb < 1,5
Cadmium < 1
Mercure > 0,5
Plomb > 1,5
Cadmium > 1
Commercialisation (pour les zones d’élevage et de pêche à pied professionnelle) Directe Après passage en bassin de purification Après traitement thermique approprié Zones insalubres ; toute activité d’élevage ou de pêche est interdite
Pêche de loisir (pour une consommation familiale ; commercialisation interdite) Autorisée Possible mais les usagers sont invités à prendre quelques précautions avant la consommation des coquillages (cuisson recommandée) Interdite Interdite

Les teneurs en plomb, cadmium et mercure ci-dessus s’appliquent exclusivement aux mollusques bivalves. Pour les autres mollusques, des teneurs de 2 mg/kg en plomb et cadmium sont actuellement applicables. »

Jusqu’ici, on parlait simplement d’eau salubre ou insalubre.

En 1996, une menace de classer la Ria en zone B, préoccupe et fait réagir entre autres Jean Noël mais aussi, un agriculteur, Louis Hervé (devenu maire depuis, pour plusieurs mandats, jusqu’à  son dernier qui a pris fin aux dernières élections communales.)

Les ostréiculteurs et les agriculteurs sont, en toute logique, concernés par la qualité d’eau, les uns comme utilisateurs, les autres comme « pollueurs » potentiels, catégorie dans laquelle on peut ajouter chacun d’entre nous, avec les réseaux d’assainissement vétustes, ou bien ce qu’on appelle le phénomène de « Cabanisation », ces mobilhomes ou caravanes qui s’installent sur des terrains non équipés et qui rejettent leurs eaux usées « à la côte », sans se poser trop de questions.

Bref, plutôt que d’aller vers un conflit d’usage, nos paysans de la terre et de la mer ont cherché à discuter. Il a fallu apprendre les pratiques et les contraintes de l’autre. Il s’agissait aussi de parler avec le même vocabulaire : quand tous parlaient de « phyto »,  pour les ostréiculteurs c’était le phytoplancton, pour les agriculteurs c’était produits phytosanitaires.

D’où l’importance des mots.

Les producteurs dont nous parlons là, ont tous en point commun d’être issus d’exploitations de type structure familiale, de petites unités où le travail fait vivre au contact de la terre et où la nature a toujours le dernier mot.

Il est impossible de dire le nombre de réunions qui se sont faites, ni de calculer le temps réel que chacun a donné, prenant sur ses heures de travail comme sur celles de la vie privée. Seul l’engagement comptait, et il a été considérable. La mobilisation de la lutte pour l’amélioration de la qualité d’eau a été efficace.

1-blog ria

Ce « Bassin Versant de la Ria d’Etel » comprend au final 17 communes, d’Erdeven côté mer à Languidic, dans les terres, de la source de l’eau douce vers l’exutoire de l’eau de mer, 360 km2 de territoire délimités par les lignes de crête, devient un projet innovant qui donne naissance à un Contrat Territorial d’Exploitation en 2001, basé sur des discussions entre les agriculteurs et les conchyliculteurs, sous forme de démocratie participative, incluant tous les acteurs du territoire volontaires. Cette démocratie participative est ce qui fait l’originalité, le lien et la force de ce projet.

Les 3 axes de travail, déterminés dès 1996 au niveau du Bassin Versant, sont :

  • la préservation de la qualité d’eau et des milieux aquatiques ;
  • la confortation des activités économiques primaires ;
  • le dialogue et la communication.

La Charte du Syndicat mixte de la Ria  Engagement Syndicat mixte ria d’Etel te résume les engagements et les actions.

En 2001, la Ria est classée en A.

Mais l’histoire se répète, et les analyses d’eau mises en place, révèlent une nouvelle dégradation.

Les règles sont strictes, comme on l’a vu sur le tableau plus haut.

Pour la vente et l’agrément sanitaire, qu’on soit en B ou en A, il faut passer les huîtres en bassin insubmersible avant chaque expédition.

Mais, si le classement passe en C, comme il l’a été pour certaine zones de notre département en 2013, les conchyliculteurs qui vendent des coquillages fouisseurs comme les palourdes, seront obligés de changer leurs méthodes et passer par ce qu’on peut appeler une « purification lourde » ce qui veut dire, investissements à la hauteur, et pas forcément possibles pour plusieurs entreprises. Un passage en C voudrait dire pour beaucoup, de mettre la clé sous la porte, et pour les pêcheurs plaisanciers, l’interdiction pure et simple de pêcher. Pour nous, la donne ne changerait pas, car nous passons déjà les huîtres en bassin.

L’enjeu est donc d’importance.

Les communes sont conscientes du problème, la politique d’aménagement du territoire passe par la qualité d’eau.  Et l’augmentation des populations sur les communes littorales est forte, voire énorme aux périodes estivales.

Les zones touristiques que nous avons ici, subiraient directement les conséquences d’une dégradation.

La « Cabanisation » qui est un phénomène qui prend de l’ampleur, est surveillé. Les réseaux de collecte d’eau de pluie sont hélas encore bien insuffisants, datant pour beaucoup des années 60, et même les communes qui ont mis en place l’assainissement collectif, comme ici, n’ont pas la mainmise sur le respect des branchements par l’habitant, ni aucun pouvoir pour faire respecter l’obligation d’un branchement au réseau collectif.

Beaucoup de résidences secondaires ne se soucient pas de ces problèmes, et continuent de traiter leurs eaux usées à leur façon, c’est à dire mal.

Néanmoins le problème est pris à bras le corps et le combat continue pour nous permettre de bénéficier d’une eau de qualité, de maintenir les emplois et de ne pas laisser aux générations suivantes un espace de vie et de travail dégradé.

2-blog ria1

 

Liens pour plus d’infos

Site de la mairie de Locoal Mendon

Site du Syndicat mixte

Site Ifremer

« Mais alors, si tu ne vends pas d’huîtres en été, que fais tu de tes journées? »

C’est vrai ça !
Les huîtres, naturelles, diploïdes comme vous et moi, l’été, on ne la bouscule pas.
C’est le moment propice à la reproduction, c’est là qu’elle met son énergie, et la manipuler, la sortir de l’eau, la bousculer sur un tapis, elle n’aime pas.
Le consommateur non plus n’aime pas plus que ça les huîtres laiteuses.
Quelques irréductibles pourtant sont venus en chercher au chantier, et nous avions laissé à leur intention, deux ou trois mannes, pas plus, d’huîtres dans le bassin.
Bon, mais c’est pas ça qui t’occupe. Quoi donc alors?
Figure toi qu’un chantier, c’est un chantier toute l’année. Alors l’été, on fait du propre.
Cette fois, nous avons vu grand, on a amélioré les conditions de vie des salariés en rangeant ailleurs que dans le vestiaire, les outils épars. On a même sorti les pinceaux, un beau bleu indien, un beau blanc blanc, et même j’ai appris à mon patron à faire du carrelage et les joints idoines.
(C’est que j’en avais déjà fait une fois, donc je savais mieux que lui).

2-BLOG1
Et le truc le plus important, primordial, en été, ce sont les parcs.
Les huîtres aiment l’eau, mais nous aussi, on aime l’eau d’été, avec ses quelques degrés supplémentaires. D’ailleurs, ne commence jamais l’ostréiculture en été, tu déchanterais vite aux premiers frimas de l’automne…
Dans l’eau comme dans les jardins, dès le printemps et tout le long de l’été, les températures douces aident au développement de végétations, fort jolies au demeurant, mais quelques excès de plantes se fixent sur et sous les poches, et là, il faut agir.
Alors, pendant l’été où ton corps s’imagine qu’il va se reposer, il faut lui remettre en mémoire les quelques 6000 poches qui sont sur les tables, et qui doivent être surveillées.
À trois, s’occuper de 6000 poches, ça prend quelques marées. Des longues. De celles dont tu ne te plains jamais, mais où ton oeil surveille, désespéré, le niveau de l’eau qui a l’air de ne jamais vouloir remonter.

Ferme les yeux et imagine.
Un souffle d’air tiède te caresse le visage (ou bien des embruns car il n’a pas toujours fait beau, faut pas croire) et le chaland te mène sur les rangées de tables, à la Pointe, ou au Gamen, ou à La Roche, ou sous le vieux bassin, ou…
Là, tu descends en cuissardes, parfois encore en cottes, parce que souvent il y a beaucoup trop d’eau pour aller sur les tables les plus au bord du chenal (au niveau bas dit-on) armée de ton bâton. Et.
Et ben tu prends ton courage à deux mains.
Le poches sont méconnaissables, invisibles sous les longues algues vertes, filamenteuses et douces, et qui s’agrippent à tes gants, tes poignets.
Tu décroches devant toi, et de l’autre côté de la table, et tu saisis un côté de la poche. Ouiche. Sous la poche, il y a des mousses. De magnifiques bestioles, imprimées de dessins géométriques, répétitifs, colorés, orange, blanc, noir…qui, gorgées d’eau, pèsent le poids d’un âne mort.
La poche où en fin d’hiver tu as mis 5 kg de cailloux, a multiplié par trois son poids.
Alors, sur des rangées de 150/170 poches, tu tiens comme tu peux la poche debout sur son côté, et avec le bâton, tu tapes sur les mousses pour les décoller et les rendre à mère nature. Et tu tapes fort.
Les huîtres, à l’intérieur de la poche, se sont agglomérées avec les effets du courant ou du passage des vagues d’étrave, et forment des blocs, très unis et compacts. Il faut les défaire pour qu’elles s’éparpillent à nouveau à l’aise ou presque dans leur espace. Et enfin tu fais retomber la poche, l’envers devenu endroit, le soleil finira de dessécher les mousses restantes, la mer de décoller les algues vertes qui ne se développent qu’à la lumière.
Je t’assure qu’à la fin de la rangée tu sais nommer tous les muscles de ton dos, les situer avec précisions. Et tu n’as pas eu froid. En revanche, rentré à terre, tu ne trouveras pas un ami qui voudra bien te faire la bise : ceux qui nous attendaient parfois au retour de la marée avaient un geste de recul à nous voir ainsi couverts de vase, de la tête aux pieds, surtout la tête d’ailleurs. c’est là qu’on sait si on nous aime 🙂
Ça c’est la marée moyenne.
Y’a la marée « dure », la « râteau fourche » j’en ai déjà parlé aussi je crois bien. On en a fait qu’une, ouf, sous la chaleur.
Et puis, une fois que tu as fini ces 6000 poches une fois, que crois tu qu’il arriva?
Tu recommenças!
Oui, les algues sont têtues, bretonnes forcément donc, et reviennent quand même vite.
Mais cette deuxième fois, c’est presque trop facile. Presque.
Parce que tu vas plus vite en fait donc tu en fais plus, donc au final, c’est aussi vivifiant !
Là, on retourne sans frapper : on enlève une poche au bout d’une rangée, et on fait basculer les autres dans l’espace vide laissé par cette poche.
1-BLOG
La difficulté, là, comme à chaque fois d’ailleurs, c’est la hauteur des tables : les tables dites « de 50 » et qui en fait t’arrivent au milieu du tibia, il nous en reste quand même pas mal, tu te plies en deux, littéralement, pour retourner tes précieux mollusques.
Après, quand tu passes aux tables « de 80 » neuves, avec crochets neufs, c’est un vrai bonheur, et tu retrouves même assez de souffle pour causer au collègue. Enfin pas trop, parce que tu ne veux pas qu’il ait trop d’avance sur toi, ça suffit bien que le patron soit aussi rapide qu’irrattrapable!
Ces marées là, je prends le temps d’admirer l’endroit, la transparence de l’eau, sa douceur, le ciel bleu, la chaleur.

Ou le paysage quand il arrive que, fous que nous sommes, acceptons de recevoir une pièce de théâtre sur le chaland !
1-FERME EN SCENE

La compagnie Patrick Cosnet « Ferme en scènes », soirée inoubliable pour beaucoup d’entre nous ! Voir un autre regard sur cet excellentissime site 🙂 CLIC

Envoyé Spécial, la suite « Meurtres en série chez les huîtres »

http://www.france2.fr/emissions/envoye-special-la-suite/diffusions/11-01-2014_161308

Bon. L’émission est passée. En dehors du fait que Jean-Noël et Benoît Le Joubioux apparaissent moins de deux minutes, qu’avons nous pensé de ce reportage? Que peut-on en déduire?

Ce qui est dit est vrai :

  • Mortalité des petites huîtres, le naissain, depuis 2008. Autant sur les huîtres triploïdes que naturelles. Le virus OSHV1, l’herpès de l’huître sévit encore.
  • Mortalité estivale des huîtres marchandes en 2013. Estivale dit-on, donc huîtres vendues l’été, donc huîtres triploïdes, n’est-ce pas?

La mortalité des huîtres adultes est due à une bactérie, identifiée elle aussi, la vibrio aesterianus. Contre cette bactérie, ni antibiotiques, ni vaccin.

Un article du Monde cet été précisait encore que ce sont surtout les huîtres triploïdes qui sont touchées par cette bactérie. Or, depuis, on ne fait plus cette précision, sans doute pour ne pas stigmatiser plus la profession déjà durement éprouvée.

La seule solution officiellement proposée par les chercheurs et une majorité de la profession ostréicole est la création d’une huître résistante. Vous vous doutez bien que nous n’approuvons pas. Une huître résistante à UNE maladie, c’est croire qu’il n’en n’existe pas d’autres.

Dans le reportage, deux passages en écloserie, sur l’île de Ré.

Qu’est-ce qu’une écloserie? L’endroit où sont crées les huîtres triploïdes, celles à qui on a ajouté un chromosome pour les rendre stériles : ce qui permet de ne pas avoir de période de laitance l’été (la reproduction) et d’avoir une huître qui pousse (grandit) plus vite puisque son énergie est mise non pas sur la reproduction mais sur la croissance. L’ostréiculteur de Marennes-Oléron, le seul à dire clairement qu’il produit des triploïdes, le confirme : c’est plus facile, plus rapide, et moins gourmand en main d’oeuvre.

L’écloseur interrogé annonce que son entreprise est plus florissante que jamais. Bien sûr : les ostréiculteurs lui achètent en nombre des huîtres pour compenser la mortalité constatée sur les parcs, achats garantis par les indemnités dites de calamités agricoles.

Dans la mesure où les mortalités sont indemnisées, pourquoi s’inquiéter de la qualité de ce qu’on produit et de l’impact sur le milieu?

Cet écloseur ajoute encore : « les trois quart de ce que nous mangeons sont triploïde, les légumes sont triploïdes, les saumons sont triploïdes… ». Mais est-on sûrs que l’on mange bien? n’y a t’il pas également des problèmes dans l’alimentation courante, des allergies, des nouvelles maladies également? Ce n’est pas parce qu’on produit de n’importe quoi qu’on est obligé d’accepter de manger n’importe quoi! (je reste sobre dans mes termes, ce ne sont pas ceux-là qui me viennent en bouche!).

Il explique ensuite comment il sélectionne les huîtres pour en fabriquer une qui soit résistante au virus. Son taux de réussite est très bon, pour ce virus là. Mais la nature est riche de virus à déployer si on la malmène. À quand le prochain?

Néanmoins, quid des mortalités sur les huîtres marchandes, celles qui peuvent être vendues, été comme hiver?

Un chercheur explique qu’un des facteurs de la mortalité encore exceptionnelle de cet été, serait le climat. Effectivement, un printemps froid, a pu décaler le rythme de l’huître. Mais n’allez pas me dire qu’en 150 ans d’ostréiculture, il n’y a pas déjà eu de circonstances exceptionnelles au niveau du climat?

Quoi d’autre alors?

Là, nous allons chez un ostréiculteur du Golfe du Morbihan qui comme beaucoup a des parcs de captage en Charente, et des parcs de demi-élevage vers Paimpol. L’huître est une grande voyageuse.

Le stress. Voilà qui est une des cause donnée à l’herpès virus.

Ici, nos huîtres ne voyagent que pour aller chez le client, le consommateur, vous.

Si notre naissain n’est pas issu de nos parcs, car le captage en Ria n’est pas aussi bon qu’on le voudrait, il provient des pêcheurs à pieds de la région, et une petite partie d’un ostréiculteur de Port des Barques à qui nous achetons le 18 mois naturel depuis des années.

Nous évitons de cogner les huîtres, de les faire souffrir. Ça se voit tout de suite quand une huître est fatiguée.

Une biologiste en Normandie constate : « l’effet de bombe » des transferts d’un parc ou d’un bassin à un autre.

Jean-Noël et Benoit n’ont qu’une petite part dans ce reportage, ils sont une minorité parmi les ostréiculteurs, et ne travaillent pas comme la majorité. À la 22’57 minute :

  • Ne pas mélanger les triploïdes et les naturelles (diploïdes), confiner la triploïde, séparer les lots pour voir d’où vient vraiment le problème (un virus se propage contrairement à une bactérie, c’est pourquoi il n’est pas anormal que le naissain naturel soit touché par l’herpès comme la triplo)
  • La surproduction est pour nous une des causes principales des mortalités : la nature ne peut pas absorber la totalité de ce que les ostréiculteurs ont cherché à lui faire avaler. Rappelons qu’en 2008, la profession pouvait vendre 240 000 tonnes, alors que le marché n’en absorbait que 140 000. Donc, de toute façon, sans les mortalités, la profession allait quand même droit à la faillite.

Les huîtres d’écloserie ont amené cette surproduction.

Depuis 2008, Jean-Noël a changé ses méthodes de travail. Et nous en avons les effets positifs aujourd’hui.

Oserions nous dire que nous n’avons eu de mortalité estivale que « normale » chez une huître?

Oserions nous dire que jamais nos huîtres ne se sont si bien porté?

Il n’y a pas de leçons à donner, juste constater.

Nous avons beaucoup apprécié l’intervention d’Isabelle Autissier en fin de reportage, avec la sensation qu’elle valide à peu près tout notre discours.

N’hésitez pas à regarder le reportage, à nous poser des questions, à aller plus loin dans la réflexion.

Je ne sais plus qui avait dit un jour « Nous sommes ce que nous mangeons ». Un consommateur averti en vaut deux!

« Nous sommes ce que nous mangeons » Jane Goodall

1-DSC_0331