Tous les articles par Tifenn surtout et Jean Noël des fois.

Le point commun entre une vache et une huître?

Décidément, je vais finir par vous rendre chèvre à aborder des sujets aussi étranges, d’apparence, les uns des autres !

DSC_0036.JPG

À dire vrai,  c’est la faute de Xavier Hamon, notre ami chef qui ne veut plus qu’on l’appelle chef, mais cuisinier, car, voyez-vous, il voudrait que le bien manger ne soit pas réservé qu’à une élite, il voudrait que les cuisines reviennent au coeur du foyer, et qu’on réapprenne le goût des choses, le savoir-faire.

Il a proposé nos huîtres pour la Fête de la vache Nantaise, et de fil en aiguille, nous a conviés à participer à l’Université Paysanne. J’adore cette appellation « Université Paysanne ». Parce que les paysans ont des choses à nous apprendre, parce que l’Université c’est tout à la fois, la recherche, la conservation (d’un patrimoine par exemple), la transmission de connaissances. Et c’est précieux, car nous savons tous que c’est de l’ignorance que naissent les guerres (ou la peur de l’autre).

Bref.

DSC_0004

En attendant mon tour, nous avons déambulé dans les allées ensoleillées et animées de la fête. Il était attendu entre 50 et 60 000 personnes, je ne sais pas si l’objectif est atteint, mais nous avons vu le succès de cette manifestation en live.

DSC_0028

Dans l’après-midi, l’enregistrement de l’émission « On va déguster » qui passe tous les dimanches à 11 heures sur France Inter, avait lieu dans un espace pause café, et là nous avons rencontré tout à fait par hasard (il lisait le livre sur les huîtres de Catherine Flohic), un lecteur de ce blog, de Bourgogne, le monde est petit. François-Régis Gaudry causait, et j’ai enfin vu sa tête en entier.

DSC_0026

Enfin presque 🙂

Vue aussi, à la fin de la conférence, une passionnée Elisabeth Tempier, qu’on avait pas vue depuis des années, la bonne surprise! Et puis Catherine, bien sûr qui nous a présenté Pierre Gagnaire, décidément, que des grands, Pierre Mollo était là aussi !

Xavier en a aussi profité pour nous annoncer la prochaine ouverture d’une école de cuisine alternative, à la Pointe du Raz, projet énorme et magnifique!

Ce préambule avec plein de nom de gens, pour qui j’ai du respect, et de qui je respecte l’engagement.

Nous discutions en rentrant, de ces personnes qui font des centaines de kilomètres, voire plus, pour écouter, pour apprendre, pour rencontrer, pour partager. Nous le faisons nous dans le cadre de notre travail, ce travail qui est une passion, qui a aussi un sens, avec un savoir-faire à partager, ou juste un certain bon sens, mais vous, vous les lecteurs, auditeurs, passagers d’un train qui file, qu’est-ce qui vous motive?

Ce en quoi nous pensons pouvoir garder de l’espoir, puisque l’acte de venir ou de transmettre est gratuit et n’attend pas de salaire.

DSC_0040

En ce qui me concerne, j’avais un trac fou, c’est mon ventre qui me l’a dit, et j’étais impressionnée d’aller à votre rencontre. Je ne suis pourtant pas facilement impressionnable par les titres, ni par les grades, j’ai encore du mal à dire Docteur à un médecin, mais je suis timide devant celles et ceux qui ont réussi à faire avancer le schmilblick, ceux qui « font », qui sont « utiles » à leur prochain, comme ça, par philanthropie, ou par conscience de l’urgence de sauver un patrimoine qui ne nous a jamais appartenu, mais que nous allons transmettre à ceux qui nous sont le plus cher : nos enfants.

DSC_0061
Jean-Noël apprend à maitriser mon appareil photo 😉

Philippe Bertrand fait partie de ceux-là, pas seulement parce que je l’entends tous les jours et qu’il est toujours là, imperturbable, même quand j’ai changé de vie, c’est étrange n’est-ce pas quand quelque chose d’incroyable vous arrive mais qu’en appuyant sur le bouton du transistor, il y a cette permanence rassurante qui affirme que le monde continue de tourner même quand tout disparaît sous nos pieds.

Philippe Bertrand a de saines colères, mais il en fait quelque chose de constructif en devenant « passeur d’espoir ». L’émission « Carnets de campagne » est un vecteur de tous les possibles, et c’est malgré tout, une leçon d’optimisme.

C’est lui qui animait la conférence dont le thème pouvait être « chassez le naturel il revient au galop! ».

A vrai dire, c’était une table ouverte à une éleveuse Stéphanie Maubé, Olivier Roellinger, et surtout Carlo Pétrini, invité d’honneur de la fête!

Ouiii, c’est donc ça le point commun entre une vache et une huître : Slow Food ! 

La vache Nantaise est une espèce qui a été sauvée de l’extinction programmée par l’élevage productiviste. Il n’en restait qu’une soixantaine dans les années 80 (je crois), et c’est la volonté d’agriculteurs passionnées qui a permis de retrouver une population d’environ 600 vaches. C’est une vache qui prend son temps, comme les huîtres, à devenir adulte. Comme les huîtres, elle a failli disparaître.

Rien d’étonnant donc, à mettre à l’honneur Carlo Pétrini!

Mais pourquoi nous?

Parce que notre territoire est un bassin versant, organisme multicellulaire, où chaque être vivant, de l’animal au végétal et surtout l’humain, a une interaction sur le milieu. On parle de connexion, et c’est le cas, comme pour l’alimentation, sujet riche, à mettre sur la table à chaque occasion. Remplacer une heure de Yoga (dixit O. Roellinger), par la préparation d’un repas, avec des épluchures et une cuisson mijotée. Une soupe, rien de plus facile.

Une huître vit dans l’eau de mer, où se trouve à la fois la première cellule de vie sur terre (le plancton) le plus grand fournisseur d’oxygène de la planète (le plancton) et aussi, toutes les eaux venue des terres… charriant avec elles, les résidus de l’activité humaine. Une huître concentre en sa chair cette qualité d’eau, qui, si elle n’est pas propre, empêche  la consommation du « caillou » et menace la biodiversité.

Une huître est donc un témoin, une sentinelle d’une certaine qualité de l’environnement.

DSC_0068
là, c’est mieux, il n’y a qu’Olivier Roellinger qui est flou!

À part ça, j’ai aimé lire les poteaux indicateurs, des programmes électoraux à eux tout seuls!

DSC_0031DSC_0029

J’ai cru voir sur la page FB de la fête, que les vidéos des différentes conférences et tables rondes seraient accessibles bientôt. Je ne sais pas si je les verrai passer ou si j’aurai le temps de revenir sur ce billet, mais n’hésitez pas à vous abonner à leur page et aller voir.

Hop, c’est fini!

 

 

 

 

 

 

Publicités

Etat des lieux

DSC_1022

(Aucune des photos suivantes n’a de rapport avec l’ostréiculture, c’est une fantaisie de ma part de liberté dans la rédaction de ce blog. Et j’aime ça. Mais ce sont mes photos, je n’ai rien chipé, ça ne fait pas partie de mes pratiques)

Et l’on nous demande souvent : « Vous aussi vous avez des mortalités? »

Il faudrait sans doute rester prudent, rester modeste, faire comme les autres, faire le taiseux, le sceptique, l’angoissé, le timide, le peureux, l’incertain, le malheureux, le malchanceux.

Non. Non, nous n’avons pas de mortalités, répond-on, bienheureux.

La prudence devrait nous laisser dubitatifs, peut-être.

Mais l’expérience nous donne la parole, et nous fait dire ce qui est : non, nous n’avons pas de mortalités.

Alors quand un mieux informé que nous envoie cet article du Parisien,  ou bien la télé, nous nous étonnons : « ah? serions-nous sur une autre planète, ne sommes-nous pas? »

DSC_0840

Ce qui se dit n’est pas facile à trouver par écrit ou par témoignage véritable car le milieu ostréicole est secret. Ainsi, nous savons qu’une forte mortalité a touché l’étang de Thau, en cause, la Malaïgue (anoxie), les fortes chaleurs.

La mortalité sur les huîtres adultes est réelle et constatée, sans que l’on sache le pourcentage (20%? 30%?), pour cet été 2018. Mortalité sur les huîtres triploïdes… Y a-t-il un rapport avec la laitance de ces huîtres soi-disant stériles ?

Les huîtres sont de toute sorte et de toute variétés. Elles sont fossilisées dans les Pyrénées, elles sont portugaises (Cassostrea angulata), japonaises (Cassostrea gigas), perlières (Pinctada margaritifera), plates (Ostrea edulis), africaines (Cassostrea gazar), états-uniennes (Cassostrea virginica), et autres, elles ont toutes des particularités issues de leur milieu, elles résistent au temps qui passe, s’adaptent magnifiquement, malgré le temps qui passe, malgré les maladies.

Je ne sais pas, en revanche, s’il existe un gène contre la connerie humaine.

DSC_0837

Chez nous, le naissain a survécu comme rarement, il a fallu mettre des bouchées doubles pour pouvoir s’en occuper à temps, la végétation s’est éclatée, a pris ses aises, et les poches ont été retournées plus souvent aussi pour que les huîtres puissent « respirer ».

Depuis la fin de l’hiver, les pluies et ensuite la chaleur ont fait exploser les stocks de planctons car la croissance des huîtres est belle!

Peut-être que les autres années nos huîtres sont plus lentes à venir qu’en aval de la Ria, mais cette fois c’est le bonheur sur les parcs!

Avant hier à la marée, au retour de la semaine d’absence, nous constatons que les poches sont lourdes, que les rangées tournées il y a quelques semaines sont bonnes à refaire, que le bruit des poches quand on les tourne est doux à l’oreille, ça crisse, ça chante, la dentelle est grande, n’y touchons pas, ne cassons rien.

Nous travaillons depuis longtemps sur la densité des huîtres que nous plaçons sur les parcs, dans les poches ou au sol. Nous savons notre production par hectares. Nous savons que nous sommes six fois en dessous des densités conseillées, autorisées par la profession. Nous devons beaucoup marcher, c’est vrai, parce que nous sommes étendus, espacés, un passage de chaland entre chaque rangée, souvent pas plus de deux rangées, deux parcs plus garnis, des parcs « poussants » bien plats, un estran vaste qui laisse de la place entre le chenal et la côte.

DSC_0901

La herse a tellement travaillé qu’elle est bonne à changer. Les huîtres au sol, laissées en liberté ces deux derniers mois, sans voir le passage du râteau, font un tapis, il faut à nouveau espacer. Quand ces huîtres seront draguées, elles seront toutes à « décoller » car même le petit naissain de l’année dernière a survécu et s’est développé, formant de jolis bouquets. Je dis « joli » mais je sais le travail manuel que ça va représenter, énorme, du temps au tapis à détroquer, à mettre une à une, pour retrouver une harmonie.

Ainsi, même si nous n’entrons dans aucune case de la profession, même si à l’école on ne comprenait pas notre façon de faire (après tout, nous avons tellement de surface que nous ne produisons pas assez, paraît-il, nous avons tellement de main d’oeuvre que nous aurions du mettre la clé sous la porte, tankafer), même si on enquiquine, on survit, et même bien.

En remontant le courant, en sachant raison garder, en observant, en faisant et refaisant, au fil du temps, Jean-Noël a su trouver la méthode qui lui convient, celle qui respecte le produit et le milieu où elle se trouve.

Pourquoi donc aurions-nous de la mortalité avec des huîtres aussi heureuses, elles ont du boire et du manger à volonté, de la place pour battre des doigts de pieds?

DSC_0802

Jean-Noël a cessé de vouloir expliquer et convaincre, assez de battre des ailes de Don Quichotte, à présent il fait, dans son coin ou presque, et l’exemple un jour peut-être finira par porter ses fruits. En tout cas, ce blog est là pour ça (les émissions de-ci de-là aussi) et nous sommes heureux de constater qu’il est lu, beaucoup, enfin pas mal, (je me contente de peu parfois).

J’en profite pour dire que NON il ne faut pas chercher à augmenter la production et à vouloir retrouver les chiffres de 2008, ceux qui ont précédé les maladies mortelles de 2009! Nos instances nationales professionnelles ont un discours qui me fait bondir !

S’ils arrivent à ce qu’ils veulent, d’ici 5 ans, une autre crise viendra!

Il y a assez d’huîtres dans le milieu naturel pour contenter les gourmets et les gourmands!

Merci, non mais.

DSC_0951.jpg

Rendez-vous samedi à Plessé pour la fête de la vache Nantaise, avec des huîtres et un passage au micro de l’université paysanne, le temps de dire le rapport entre l’homme et la nature. Vaste sujet!

DSC_0758

 

 

 

Lettre d’été

Cher lecteur,

L’autre jour j’ai décidé de tenir un « Journal de sensations », je ne sais pas comment nommer ça, mais ce type de journal quotidien, scrupuleux, qui note les ressentis du temps qui passe, des goûts testés, un journal où chaque membre de la famille va pouvoir dire à quel point il a eu chaud, ou froid, à quel point c’était sucré cette pêche de vigne cette année etc…

L’été serait-il propice aux réflexions en tout genre ?

À la fin du printemps, j’ai achevé la lecture du livre de Catherine Flohic sur « Les semences en questions »; entre la révolte et l’admiration, j’ai encore plus fort ressenti que notre planète était un cadeau, notre corps un capital, et qu’il n’y avait pas de raison de se laisser faire.

Les petites cachotteries des industriels gourmands, les aveuglements d’autruche du gouvernement, me forcent à douter, à me méfier, et je vais devoir réfléchir à deux fois avant d’agir, prendre du recul.

Ma première action suite à la lecture de ce livre est d’avoir mis en route mon propre levain! Je faisais déjà du pain avant, mais pas de cette façon. Grâce à lui, je redonne au pain, du temps, ce qui m’oblige à prendre ce temps, et le plaisir de le voir vivre, puis le plaisir de façonner un pâton si particulier, est incomparable!

IMG_6754IMG_7013

Ce journal de sensations pourrait être un condensé d’humeur(s) puisque l’on sait bien que notre environnement fait ce que nous sommes, que ce soit sur la santé, sur notre moral, les deux étant liés bien sûr. Ça existe déjà, ce n’est pas nouveau, mais se l’appliquer à soi peut être riche d’enseignements, peut aussi donner à regarder autrement ce qui nous entoure et le connecter à d’autres moments antérieurs, en tirer des leçons, à défaut d’un savoir, soyons fous.

Ceci nous éloigne t-il des huîtres?

À vrai dire non.

Notre vie et celle de nos petits cailloux sont intriquées. Sans aucun doute, si le journal montre que tout le mois de juin et tout le mois de juillet ont été beaux et chauds, le résultat sur le goût, la croissance, l’apparence, la couleur, la texture des huîtres, en sera influencé.

Par exemple, la mise en gestation des gamètes et des ovules a été très précoce cette année, avec l’aide de la chaleur, et les huîtres ont plusieurs fois délaités déjà, larguant dans l’eau suffisamment de petites larves pour se fixer ou devenir du zooplancton.

DSC_0022
Nuage de lait
DSC_0026
Un thé au lait?

De même, la météo du printemps a fortement influencé notre activité estivale, qui aurait dû être un peu moins dense. En effet, les fortes pluies du début de printemps, puis la tiédeur de l’air ont eu pour conséquence non pas une, mais plusieurs périodes de « pousse » sur les huîtres. Nous sommes vraiment en amont de la ria, peut-être que la croissance n’est pas la même en aval.

De fait, il a fallu « dédoubler » nos poches de naissains bien plus tôt que prévu (septembre). Cela veut dire faire de la place sur les tables, semer des huîtres pour ce faire, et repousser la semaine de vacances 🙂

Nous avons eu également un épisode intense de jolies algues entéromorphes, bien vertes, faisant un tapis tout à fait extraordinaire sur la vasière et les parcs.

IMG_6382
Entéromorphes en forme!

Ceci dit, la température de l’eau est enfin à mon goût (pour une fois!), et nous avons profité de notre jardin plus que jamais. Ici, la canicule n’est pas un mot très usité, et nous avons la chance d’avoir toujours un fond d’air qui permet de respirer et de ne pas souffrir. J’aime ce temps, mais c’est très subjectif!

Notre travail avec « Nature et Progrès » avance bien. Nous espérons finir la rédaction d’une charte avant le salon Marjolaine de novembre, auquel nous nous rendrons (sans huîtres mais avec nos belles paroles!). Nous travaillons également avec l’Observatoire du Plancton, association généreuse dans les partages d’apprentissages et d’étude du milieu.

J’ai, par exemple, appris que ce que j’appelais avant le « plancton phosphorescent » est en réalité « bio-luminescent », le noctiluca scintillants , ce qui ouvre d’autres perspectives. D’ailleurs, un soir j’ai vu un vers luisant dans le jardin, cela faisait bien 20 ans que je n’en n’avais pas vu, que ce soit par absence ou manque d’observation, mais on ne m’y reprendra plus, et lui aussi est bio-luminescent!

IMG_6774
Prélèvement de plancton en surface et au fond…

Dans le jardin, l’arbre le plus cher à mon coeur se porte à merveille et nourrit mes yeux émerveillés chaque jour. Je crois que je l’ai pris en photo tous les matins!

IMG_6790

Voilà, lecteur ami, les nouvelles d’ici.

À l’automne, nous aurons de nombreuses occasions de nous voir ou revoir puisque c’est la période où nous nous déplaçons, avec ou sans nos petits animaux.

Plusieurs rendez-vous sont déjà prévus :

La fête de la vache Nantaise! où nous allons avoir le plaisir de voir et revoir Carlo Pétrini et Philippe Bertrand grâce à Xavier Hamon!

La foire aux huîtres de Dunkerque, qui déménage au Kursaal!

La foire aux huîtres de Nieuwpoort les 19, 20 et 21 octobre 2018

Le salon Marjolaine, je crois qu’on y est vers le 7 novembre.

Et d’autres trucs de ci de là, ou au chantier!!

En attendant de vous voir ou vous entendre, bel été !

 

 

Bloom de tout !

IMG_5846

C’est un joli mot, bloom.

Ça vient de « s’épanouir », ou « éclore », « efflorescence ». Fleurir encore, pourquoi pas.

C’est le printemps et dans l’eau c’est bloom de plancton, ça foisonne, ça s’éveille comme dans le jardin, ça s’abonde, ça se multiplie, ça grandit, et ça se diversifie.

Je ne sais pas exactement combien d’espèces de plancton sont recensées sur les côtes françaises, entre milliers et plusieurs dizaines de milliers!

L’eau change de couleur, elle verdit, elle devient translucide après plusieurs jours de soleil, sans la pluie qui draine les sels minéraux et les sédiments venus des terres.

Ça sent l’été.

En attendant, c’est aussi un bloom dans les médias, pour nous et pour l’huître née en mer. Enfin les choses finissent par se savoir et être dites, sans faux-semblant, sans tergiverser.

D’abord, ce documentaire tourné il y a quatre ans, qui se trouve en libre accès sur le net :

L’huître triploïde, authentiquement artificielle

C’est dit avec douceur, avec objectivité.

IMG_5809Un petit résumé sur le média Brut

Histoire de dire que tu ne pouvais pas ne pas savoir!

Ensuite, des images sur nous, la petite entreprise qui avec ses méthodes ancestrales, gourmandes en main d’oeuvre et en huile de coude, dans l’émission Littoral, ICI. Aurélie Bérard et son équipe ont passé quelques jours au chantier pour comprendre et voir, ils nous ont accompagné, nous ont posé des tas de questions, et encore longtemps après, mais ce travail en profondeur nous a plu, vraiment, puisque tout a été laissé dire. Et dans le monde journalistique, laisser dire sans censure ou interprétation en fonction de la mode du moment, c’est rare. Merci à eux.

IMG_5824Enfin, ce matin même, l’émission gastronome sur France Inter, « On va déguster » parle de l’huître née en mer et de l’association Ostréiculteurs Traditionnels, que je n’ai plus besoin de te présenter, toi qui me lit, encore.

Je vais reprendre le travail après quelques temps d’arrêt, mais en douceur, et avec l’appareil photo, parce qu’il faut savoir se ménager et profiter!

En attendant, je n’ai que des photos téléphonées…

Enjoy!

IMG_5819IMG_5747IMG_5656

Et j’oubliais !

Le numéro de Saveurs du mois de mars !!

Final!

IMG_4293

Voilà.

Le moment tant attendu est arrivé.

C’est l’heure du jour, de la semaine, du mois, où le maximum de bipèdes va déguster nos huîtres, en même temps. Il y aura une sorte de communion autour de la table, dans une fourchette de temps restreinte, et pourtant, cet instant va s’évaporer aussi vite qu’il aura demandé de patience à pouvoir se créer.

Vous êtes très nombreux, une grande majorité, à ne manger d’huîtres qu’à Noël et au réveillon de la fin d’année.

Cela peut-être pour vous, une petite aventure, d’aller chercher les huîtres, d’hésiter : quelles huîtres? quel producteur? quelle taille? Vous ne savez même pas si ceux qui seront autour de la table aiment les huîtres!

Vous savez juste que vous avez envie de faire plaisir.

Et, croyez-moi, il n’y a que ça qui compte!

IMG_4250

Peut-être aussi, que vous n’aimez pas les huîtres. J’en faisais partie, ou plus exactement, je n’étais pas tentée. La première huître que j’ai vraiment appréciée, vous ne la gouterez pas souvent, c’est l’huître ouverte en fin de matinée, un jour où porter deux pulls ne suffit pas à réchauffer le bout des doigts gourds de trier les huîtres juste sorties de l’eau froide, une huître ouverte avec le couteau à détroquer, pas vraiment le genre d’outil de précision, par la maman de Jean-Noël, à qui je n’ai pas pu dire non.

Et là, mes papilles se sont mises à frétiller, curieuses de l’explosion de saveurs en bouche, ravies du frais qui rassasiait ma soif, du goût qui me donnait l’envie d’aller plus loin encore, c’était presque trop.

J’ai aimé cette huître, et j’aimais encore plus ce métier.

Pour que vous sachiez ce que vous mangez, d’où elles viennent, ce blog existe.

Et à Noël, tout le mois de décembre à vrai dire, l’activité du chantier et du bureau tourne autour des expéditions que nous faisons pour que chaque table qui le souhaite, et qui le peut, puisse avoir son plateau de nos cailloux, brillants et rafraîchissants.

IMG_4290

Sur la photo artistiquement pointilliste de carreaux sales, le stock qui se fait, dans le bassin submersible, celui qui trompe l’huître, qui la fait rester plus longtemps à sec, pour qu’elle muscle son adducteur qui la maintient fermée, prête à partir en voyage, à rejoindre votre table. Les mannes ont des couleurs qui aident les amateurs à reconnaître les tailles ! En fait ça aide aussi les ostréiculteurs fatigués, qui ne savent plus réfléchir à une certaine heure de la fin de journée!

IMG_4292

Chaque panier est étiqueté, ça c’est mon job, les étiquettes, puisque c’est moi qui ai les commandes, alors je compte, je date et j’agrafe les bourriches. Elles sont posées sur des palettes, jamais au sol, pour rester sèches et propres jusqu’à l’emballage. Ici, c’était notre premier petit lot.

IMG_4307

Chaque jour, jusqu’à ce que les transporteurs ne livrent plus pour Noël, jusqu’à aujourd’hui donc, de l’emballage. Silence et concentration, on compte, on range bien comme il faut, on fait les palettes, puis on les filme. Le camion viendra les chercher à 7:00 le matin, à la lumière de la lampe de poche, en marche arrière jusqu’au figuier. Les voisins ont l’habitude, en décembre il n’y a pas de grasse matinée!

Les huîtres qui sont ainsi rangées, alignées, le creux vers le bas pour garder l’eau, ont trois ans au minimum, ou 4. Elles ont eu le temps de faire une belle coquille, naturellement au contact rugueux du sol, et faire de la chair aussi, beaucoup au printemps et en automne, à la chaleur et à l’eau douce si elle veut bien!

Cette année, les Cassostrea Gigas sont assez salées. Un déficit d’eau douce qui nous poursuit depuis deux trois ans. En mer, cette salinité élevée a fait croître une végétation particulière qui s’agrippe aux coquilles des huîtres, qu’on doit brosser quand il s’agit d’éponges ou gratter au couteau quand ce sont des algues. Deux fois plus long à trier et calibrer!

IMG_4259

Le tracteur remonte avec une palette de poches levées à la marée. Il fait presque nuit, la lumière est trop belle pour qu’on passe à côté.

IMG_4291

Après le passage en bassin submersible et avant d’être expédiées, les huîtres passent 48 heures dans les bassins insubmersibles, non recouverts par la marée. Ce sont des bassins de décantation et ils sont lavés à l’eau, à la brosse, au soleil, à l’huile de coude!

Demain matin, les derniers gros départs de Noël, et peut-être aurons-nous le même spectacle que ce matin, juste sublime, nul besoin de filtres, tout est là.

IMG_4316

 

IMG_4313

Tiens, il est bientôt 20:00.

Dans quatre jours, à 20:00, vous aurez peut-être commencé à ouvrir les huîtres qui sont parties ce matin du chantier.

Dans quatre jours, nous aurons fini un cycle de vie d’une huître, nous aurons fait notre taf, et nous pourrons dormir tranquilles.

La perle qu’il y a dans chaque huître, c’est le silence d’un moment partagé, ensemble…

 

Les huîtres au Sénégal, c’est culturel…

…mais ce ne sont pas les mêmes huîtres que les nôtres.

Ici, nous cultivons la dite Japonaise Cassostrea gigas, là-bas il s’agit de la Cassostrea gazar, une espère autochtone, implantée depuis toujours dans les eaux chaudes du Sénégal, et surtout dans le Sine Saloum.

Hier, dans le quotidien régional de l’Ouest, est paru un article qui m’a fait bondir, voire plus.

Mais je ne dois pas laisser les émotions altérer mon analyse n’est-ce-pas?

Je vais te raconter une histoire, une histoire de gens, d’êtres humains, une histoire presque « de femmes », avec mon admiration et toute mon affection.

Jean Noël

Seinabou est grande, belle, assez sérieuse, le sourire vient après la réflexion, il n’est pas instantané. C’est qu’en tant que femme de l’imam, la plus jeune sans doute, elle a des responsabilités, et puis elle s’occupe aussi des huîtres. C’est à elle qu’on s’adresse, qu’on passe commande, c’est à elle que revient la décision finale, et de discuter quand ça ne va pas.

Niema l’aide beaucoup. Elle, est joyeuse, très, elle rit souvent. Mais son visage est capable de se figer voire de se durcir quand la situation est grave.

Toutes les deux, vivent à Nema bah. Bah, c’est le cours d’eau, en Wolof. Nema est donc près d’un cours d’eau. Un filet, un fleuve, un bras de mer, un bolong aussi. C’est un lieu qui change à l’heur des marées, au son de la pluie, au silence des sécheresses.

Je l’ai vu un matin, et puis des soirs, et même des midis. À la saison des pluies, ou juste après, en saison sèche, ou juste avant. Nema Bah, c’est le village où il manque de tout, mais pas d’enfants. Ils pullulent, joyeux, moqueurs, coureurs, ils piquent un cercle de roue pour le faire avancer dans le sable dur, ils s’amusent avec des branches, à les faire voler  d’un geste savant entre deux doigts comme une sarbacane, à chercher de toucher le pain de singe, en haut du baobab.

Toujours, Niema est là avec son petit cahier et son bic, je soupçonne bic d’avoir des actions au Sénégal, et toujours Seinabou aussi, qui parle vite et grave à Adama qui nous traduit, Adama le guide, l’interprête, le diplomate, l’ami, le frère.

Pendant que Seinabou parle, Niema fait « mm », elle acquiese avec un petit mouvement de tête. Et puis parfois elle se lance aussi dans un fleuve de parole nourri, riche, volubile et rapide, je ne suis plus rien des mots, elle rit soudain, comme de tirer le rideau qui cachait le soleil, c’est beau, ce sourire qui vient dans le rire.

Toutes les deux elles parlent avec leurs tripes.

Ce n’est pas qu’elles parlent d’argent, non, elles parlent de nourriture des enfants, de comment vivre avec rien, il n’y a pas d’eau ni de courant dans ce village, tout se fait au puit et à la pile. La dame de l’Agence Nationale de l’Aquaculture n’en revenait pas de ça, à Dakar, elle ne croyait pas qu’il y avait encore des villages comme ça.

Seinabou voudrait bien que le travail des huîtres rapporte un peu. Elle voudrait bien que cette année elle n’aie pas toutes ses nuits à passer aux champs pour chasser les singes qui viennent manger les récoltes, elle voudrait bien qu’il y ait de l’eau, mais pas trop, sinon c’est l’inondation. Elle voudrait bien avoir assez avec son potager, qu’elle partage avec Niema, pour avoir les traits moins tirés et le corps moins lourd à avancer.

Les huîtres, c’est la cerise. C’est l’aubaine. C’est ce qui reste à manger sur les palétuviers quand il n’y a rien à récolter. C’est comme en occident, avec la pêche à pieds, qui fait un repas d’appoint improvisé, sauf que ce n’est pas pour le dimanche, ni pour s’amuser, ni pour faire joli dans les saladier ou des linguine alle vongole, les huîtres, c’est pour ne pas tomber.

Alors, elle est ravie de faire partie du GIE, le grand groupement que l’association Vilaine et Saloum Sénégal a réussi à monter, le GIE des ostréiculteurs du Sine Saloum, qui donne le droit de participer aux ventes à Dakar, les ventes qui se font aux Almadies, le lieu où existe le seul bassin de purification pour l’agrément à la vente des huîtres crues.

Dans l’histoire il y’a deux associations aujourd’hui : Vilaine et Saloum Sénégal, acteur et interlocuteur local et Arradon Terre du Monde, en France, qui aide, qui réfléchit, qui lance, qui brain storme une fois par mois, et je ne peux pas à ce rythme là. ATM pour les intimes, ce sont des commissions de travail, dont une sur l’ostréiculture, à laquelle nous appartenons et qui a légitimé nos déplacements à Toubacouta.

Après l’apiculture et en parallèle à l’agriculture (le Bissap et l’arachide) est venue l’ostréiculture, comme quelque chose de naturel, dans la suite logique de la gestion de la ressource, celle que la nature nous donne à partager. Partager. Quel beau mot.

Au Sénégal, on partage. Tout. Les soucis, les joies, et les revenus aussi.

Depuis que les ostréicultrices de Nema Bah peuvent vendre leurs huîtres en frais, elles ont le droit d’espérer un meilleur revenu. Pour l’imam, les enfants, le village.

Les huîtres crues, ni Seinabou, ni Niema n’aiment ça. Je n’ai pas encore vu de Sénégalais avaler une huître crue sans faire la grimace. Pourtant elles sont bonnes les Gazar, elles sont croquantes, sucré salé, à mi chemin de la plate et de la creuse. Nous en avons goûté, sous la mangrove, cueillie sur l’arbre par Doudou, celui qui porte son téléphone sous son bonnet, et qui veille aux huîtres de Sandicoli.

Les huîtres crues c’est pour les Toubabs. Ils s’en régalent eux, dans les restaurant de la capitale, dans les hôtels. Ils en mangent comme en France, à Noël. Et puis il y a les asiatiques aussi qui aiment beaucoup. C’est un marché à développer.

Mais c’est loin Dakar, et puis elles ne sont que des femmes, et ce sont les hommes qui gèrent l’argent gagné, là-bas, ils distribuent en fonction de ce qui est arrivé vivant et de ce qui a été vendu. Une histoire de confiance et de tradition. Ça fait mal des fois, la tradition.

Niema, elle mange mieux les huîtres à la sénégalaise, cuites à l’étouffée, puis séchées au soleil. Comme des cacahouètes, ou bien cuisinées avec du riz brisé très épicé, ou encore avec plein d’oignons fondus dans l’huile, pas un plat sans huile.

Adama avait mis un petit sachet d’huîtres ainsi séchées entre les sièges, et on se servait, picorait.

Après l’année de la sécheresse, on a su qu’une part du marché avait été enlevé par un français. Qu’il y avait d’autres huîtres que la Gazar à Dakar. Une autre année, il y avait moins de tourisme, à cause du seul cas d’ébola venu de Gambie. Les années sont aléatoires dans les pays où le climat et les températures ne sont tempérés en rien.

La douzaine d’huîtres fraiches est vendue 1500 francs (CFA). C’est beaucoup mieux que les 150 francs des huîtres séchées, proportionnellement parlant. Mais c’est tellement moins que les 4000 francs la douzaine des huîtres venues de France.

Pour un toubab, 4000 francs ce n’est rien. C’est moins qu’en France. C’est 6€.

Et puis c’est trop cool d’aller en vacances à l’étranger pour manger des huîtres françaises, non? on a l’impression d’être chez soi, propriétaire un peu, partir pour ne pas se perdre, voyager mais en terrain connu.

Un paquet de cigarettes, c’est 700 francs. Pour un sénégalais, 1500 francs, c’est une somme. On n’a pas le droit de jouer avec ça. Avec la vie des gens.

Niema et Seinabou auront vendu moins d’huîtres cette année, parce qu’il y a un français qui s’est installé quelque part près de l’eau, son petit paradis perso. Il a fait venir de France du naissain d’une autre espèce, une espèce qui n’est pas autochtone, alors que la ressource locale ne manque pas, ni même les bras pour travailler.

En France, personne n’ignore plus que les huîtres sont touchées par des maladies. Un herpès virus dit-on pour l’OSHV1, virus mutant.

A t-on pris en compte le risque sanitaire grave d’importer des huîtres potentiellement affaiblies par des maladies?

A t-on réfléchi au mélange de ces huîtres dans, je répète, le SEUL bassin de décantation agrémenté du Sénégal?

Et les emplois? Parlerai-je des emplois, et des conditions de travail?

Ainsi va la vie des humains.

Soumis à la pluie, au soleil, et à la gourmandise d’un rien.

 

DSC_0049

 

DSC_0136

DSC_0059

 

DSC_0787

DSC_0073

DSC_0561

DSC_0104

DSC_0776

 

DSC_0750

Les huîtres en poches au Sénégal, vaut mieux pas.

 

DSC_0589DSC_0583DSC_0517DSC_0506DSC_0500DSC_0495DSC_0052DSC_0012DSC_0049

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de biologie ne nuit pas #reproduction de l’huître !

Ce matin, la brume transformait le paysage en noir et blanc. Derrière ce voile opaque, on distinguait quand même une belle luminosité qui annonçait le soleil de cette journée.

Parfois, souvent, je partage ce paysage par photos postées sur les réseaux dits sociaux, et la photo de ce matin a eu comme résultat d’avoir une question : « Comment les bébés huîtres quittent leur maman? »

IMG_3046

Sans doute que la brume rend poète, ou soucieux du bien être de nos petits?

Voilà en tout cas qui me donnait un sujet à traiter sur ce blog, sujet essentiel n’est-ce pas, à l’époque où la main de l’homme est capable de détourner la magie de la nature à son profit.

Ainsi donc, dans la nature, voilà comment se passe l’histoire du bouchon et de la bouteille de lait.

Il était une fois…

Ah non, d’abord je veux remercier ma prof de Bio, madame Wilhelm, qui a eu la lourde tache de nous enseigner des heures durant, les bases de la biologie en mer, du plancton aux coquillages, tout ce qu’on est en droit de savoir quand on fait ce métier là.

Il était une fois, Gwenaëlle qui nous a expliqué la gamétogénèse, un truc barbare pour dire fécondation, larve et naissain.

Ou bien on peut considérer que c’est de la magie, et constater que sans nous la nature se débrouille très bien.

L’huître est un coquillage bivalve, qui naît parfois mâle, parfois femelle. Elle est hermaphrodite. Il y a deux fois plus de mâles que de femelles.

Je t’ai fait de beaux dessins pour te donner le cycle de reproduction en résumé, pour que tu voies comment ça évolue, chez l’huître creuse, hein, tu ne confondras pas. Huître ovipare, la creuse, la Cassostrea gigas, selon l’espèce.

FullSizeRender.jpg

Tu vois que d’abord, il y a un spermatozoïde qui cherche son ovule.

Dans l’eau, les femelles expulsent leurs millions d’ovules en battant des cils, non, des valves, tandis que, attirés par les phéromones dégagés, les mâles suivent le mouvement en larguant d’un filet continu, leurs spermatozoïdes.

Après que la fécondation a eu lieu, se forme un oeuf. Un oeuf à 2n chromosomes (après je te ferai un cours sur la triploïdie et tu verras que les 2n ont leur importance).

La division cellulaire commence, avec la framboise morula, facilement reconnaissable. La larve prend forme après la division cellulaire, et tu remarques les petits cils qui lui font comme une robe de vahiné. Accessoirement, battre des cils fait avancer…

La larve véligère D va se balader dans l’eau une vingtaine de jours. (Jours où les conditions de température vont devoir rester constantes pour que l’évolution se fasse jusqu’au bout).

La larve a déjà une coquille avec deux valves et le velum avec des cils qu’elle déploie hors de sa coquille. Elle se nourrit de phytoplancton microscopique.

IMG_3049

C’est au moment où la larve est « oeillée » (une tache noire) que les scientifiques peuvent savoir que s’approche le moment de la fixation. Le pied se développe, à côté du velum, et l’huître va se déplacer jusqu’au support qu’elle aura choisi, ou qu’on lui aura mis au bon moment.

Toute larve qui ne trouve pas de support reste du zooplancton, et nourri une autre espèce.

Enfin, le velum disparaît, le pied secrète une sorte de ciment colle qui va fixer la larve au support, ce qui va lui permettre de devenir naissain, et finir sa métamorphose en développant ses branchies et sa coquille, puis le reste de tous les organes qui la font devenir huître.

Le bébé huître creuse ne grandit donc pas dans le ventre de sa mère, car la fécondation a lieu dans l’eau, et s’il ne trouve pas les bonnes conditions de température d’eau, de constance de cette température etc, il ne deviendra jamais une huître.

C’est pourquoi il y a des bassins naisseurs comme en Charente, où les conditions correspondent mieux à la fécondation que chez nous, où le captage, quand il existe, est très rare et aléatoire.

Maintenant, je pourrais te faire un cours sur la reproduction de l’huître plate. Tu veux?

IMG_3048

 

Vois-tu la différence?

La fécondation se fait dans la cavité palléale de l’huître plate. Les spermatozoïdes sont entraînés par le courant inhalé par l’huître femelle. Fécondation interne, huître vivipare, avec une incubation d’une dizaine de jours. C’est pour ça qu’on dit que la laitance passe du blanc à une laitance ardoisée au fur et à mesure que les coquilles larvaires se développent.

Enfin, les larves seront mises à l’eau, elles auront gagné du temps de vie in utero si j’ose dire, et donc sont protégées plus longtemps. Heureusement en fait, car le nombre de larves est bien moins fort que celui de l’huître creuse.

Leur première année de vie, toutes les huîtres plates sont mâles (protandrie).

A part ça, je me marre un peu, il y a beaucoup moins d’études sur la reproduction des huîtres plates, sans doute parce qu’elle est beaucoup moins fiable; c’est aussi une chance, car il n’y a pas encore d’écloseries en plates, bien que ce soit à l’étude d’après les bruits qui courent. Pas encore d‘Ostrea edulis triploïde non plus, ouf.

J’espère que tu n’es ni gavé, ni déçu, je me suis basée sur mes cours et, oui, sur le site d’Ifremer, histoire de bien être sûre de ce que je ponds.

Toutes les erreurs possibles sont donc de mon fait, ou mal retranscrites, parce que résumer la vie, ça ne se fait pas en un jour, isn’t it?

La bise D. (et merci de l’idée, si tu as d’autres questions…)

Edit : paraît que si, y’a des écloseries de Plates. Mais où va t-on ma bon’dam’?