#Autopsie d’une crise prévisible

C’est Jean-Noël qui a trouvé le titre, et c’est lui qui m’inspire cet article.

Parce que je n’ai pas vécu « l’aventure » Bassin Versant, ce sujet dont nous parlons si souvent à la maison et au chantier qu’il m’est parfois sorti par les yeux.

Seulement voilà, la situation actuelle des ostréiculteurs dans plusieurs bassins du littoral français, me plonge la tête la première dans ce dossier, primordial, essentiel, et toujours en construction car le contexte évolue avec le temps qui passe.

Plus de 150 entreprises fermées à la vente pour cause de norovirus, dans le Morbihan, la baie du Mont Saint Michel, l’Ille et Vilaine et la Charente-Maritime.

Économiquement, c’est catastrophique.

Environnementalement, c’était prévisible.

Depuis que je connais Jean-Noël, je suis imprégnée de sa culture Bassin Versant. Pendant des mois, au début, je comprenais bien la théorie du discours. Et puis, très vite, en déambulant à la côte, en marchant sur les parcs, en respirant l’air marin, en ressentant jusque dans mes articulations ce qu’est un milieu naturel, en devinant de mieux en mieux le langage de la nature, en améliorant constamment ma vision du paysage, en grandissant, tout simplement, auprès d’un homme ultra sensible à ce.eux. qui l’entoure.nt. je sais dire à présent l’indispensable reconnaissance du travail accompli, mais aussi l’indispensable nécessité de continuer à creuser un sillon, souvent bien vite laissé en lisière, parce que la politique ne sait pas trouver son public dans la préservation d’un milieu, alors que proportionnellement au temps qui passe, la population littorale augmente.

Mais qu’est-ce donc que ce Bassin Versant Littoral dont je vous rabâche les oreilles?

L’histoire commence en 1994, quand la rivière d’Etel était promise à un classement en B pour la qualité de ses eaux, lors de la prévision de mise en place de nouvelles normes de classement.

Jean-Noël connaissait Pierre Mollo, depuis son stage professionnel pour l’accès aux concessions du Domaine public maritime, Pierre Mollo biologiste marin, spécialiste du plancton, mais pas seulement. C’est Pierre Mollo qui suggère de mettre en place des mesures autour du bassin versant, qui sait bien l’importance de la rencontre des eaux douces et des eaux salées pour la biologie marine.

La prise de conscience de l’interaction du milieu terrestre sur le milieu marin, permet d’instaurer un dialogue entre agriculteurs et ostréiculteurs. La blague habituelle pour résumer ce travail de concertation et d’échanges, passe par un mot de vocabulaire qui dit tout des différences entre ces deux milieux qui jusque là, ne se connaissaient pas : le mot « phyto ».

Pour un agriculteur, la « phyto » concerne les produits phytosanitaires. Pour un ostréiculteur quand on parle de phyto, c’est phytoplancton. Rien à voir donc.

Ce qui démontre, s’il en est encore besoin, que l’ignorance entraîne des conflits alors qu’une connaissance mutuelle permet de construire et d’avancer en paix.

Ainsi, ce travail de dialogue entre deux monde et 18 communes, entraîne rapidement la mise en place des bandes enherbées, grâce au Fond de Gestion de l’Espace Rural.

En 2001, l’eau de la rivière retrouve un classement en A, objectif atteint. Est créé en 2007, le Syndicat Mixte de la Ria d’Etel (SMRE), outil indépendant indispensable pour la gestion de la qualité de l’eau et du milieu. Lire ici l’historique, et la philosophie.

Des mesures d’assainissement des eaux usées sont prises pour les réseaux collectifs et particuliers. MAIS, rien n’est jamais acquis, et force est de constater que les efforts mis en oeuvre à la fin des années 90 et début des années 2000, ont du mal à perdurer, ou bien, laborieusement.

Ce matin a lieu une manifestation des ostréiculteurs morbihannais pour se défendre de la situation dans laquelle ils se trouvent.

Nous n’utilisons pas les mêmes armes pour nous battre, néanmoins il est évident que la frilosité politique générale quant à l’entretien des réseaux de collecte des eaux pluviales et des stations d’épuration, fait perdurer un réseau obsolète et tout à fait insuffisant pour l’assainissement collectif de notre région qui connaît une forte attractivité, pas seulement touristique. Depuis 30 ans la population résidentielle a doublé dans de nombreuses communes, et la saison estivale voit se multiplier par trois voire jusqu’à dix les habitants de certaines communes littorales!

Pourquoi cette année est-elle pire que les précédentes sur le plan sanitaire ?

Chaque mauvaise analyse de l’eau de mer est la conséquence de phénomènes météorologiques particuliers : une sécheresse suivie de pluies, ou une forte pluviosité, entraînant un sol gorgé d’eau ; l’absence de nappe phréatique pour absorber toute cette eau, entraîne un déversement de l’eau de pluie drainant avec elle tous les rejets humains, vers l’eau de mer, réceptacle bien malgré elle, de tous les effluents mal gérés en amont.

Nous avons connu deux étés secs, et cet automne a été particulièrement pluvieux, faisant déborder nos fossés, et remplir d’eau douce nos zones de prés salés, et les slikke en mer (estran) qui jouent un rôle d’auto épuration si important dans notre milieu.

Chacun sait que l’excès entraîne un déséquilibre, que nous retrouvons là, directement et durement dans nos entreprises, avec une fermeture sanitaire, outil de prévention et précaution oblige.

Cela fait des années que notre conscience écologique nous guide dans nos choix, de travail, de production, d’entretien des machines comme des bassins. C’est grâce à ces choix que nous avons pu travailler avec Nature & Progrès sur une charte de qualité dont la trame prend en compte l’ensemble des acteurs d’un milieu, environnemental, économique et social.

Notre chance est d’être en Ria d’Etel, un des derniers secteurs fermés.

Notre chance est d’être sur une zone Natura 2000.

Ce n’est pas qu’une chance quand on sait le travail colossal qui a été mené en amont, avec ce dossier de Bassin Versant Littoral.

Ce n’est pas qu’une chance, quand on sait le peu de densité de notre production, qui a peut-être retardé la propagation du virus.

C’est une alerte rouge, sur la continuité des actions à mener sur les réseaux d’eau douce et d’eaux usées.

L’apathie politique qui règne autour de cette conscience écologique, le manque de moyens mis en place pour la préservation de notre littoral, l’aveuglement général sur l’avenir de notre planète me révolte, et je me retiens.

À quand une réelle politique orientée vers une préservation du milieu?

« How dare you? » disait-elle, cette jeune fille pleine de la conscience d’un monde éphémère.

Comment osons-nous laisser cette situation durer?

4 réflexions sur « #Autopsie d’une crise prévisible »

  1. Bonjour Tifenn, Je ne peux pas cette année souhaiter une bonne année à quiconque car ce souhait a perdu son sens. Je vous souhaite simplement l’énergie, le courage et la dose de patience et de sérénité qu’il faut pour continuer le combat en gardant l’espoir, tout en restant les yeux grands ouverts sur les belles personnes et la beauté qui nous entoure encore. Merci pour cette lettre, comme une petite perfusion d’énergie. Comme le dit si joliment Jacques Gamblin, ayons « la colère joyeuse et la rage entreprenante ». Voilà mes vœux pour vous et tous ceux qui trop lucides, assistent à un certain saccage de notre monde. Amour et rage, donc. Cordialement, Valerie Sevenet Gentil

    Pour le beau et le bon, militons.

    >

  2. Oh c’est si gentil, merci… Oui ! Espoir ! Nous n’avons pas le choix… Un autre Jacques (Prévert) disait qu’ »il faut essayer d’etre Heureux, ne serait-ce que pour montrer l’exemple » (j’aime bien les petites phrases des grands hommes). Alors efforçons-nous, on nous regarde. Amitiés (et rage).

    Pour le beau et le bon, militons.

    >

  3. Clair et bien dit. je me souviens très bien de ce tournant que JN a vécu et que vous m’avez raconté.
    Personne, nulle part ne sera à l’abri, c’est devenu ma devise, à laquelle il faut trouver sa part de lumière, …tous nous devrons trouver l’ensemble encore pour ne pas nous « entretuer », physiquement et moralement. ? Par ex ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s